La carte Suica au Japon : un indispensable dans votre voyage

La carte Suica est une carte à puce prépayée, disponible au Japon. Son principal intérêt, c’est de vous permettre d’utiliser la majorité des transports en commun (métro, train, bus, monorail) en toute simplicité. Depuis une vingtaine d’années, elle est devenue incontournable pour beaucoup de voyages touristiques. Cela dit, de nombreuses personnes n’en ont pas connaissance. Découvrez tout ce qu’il y a à savoir de la carte Suica dans notre article.

Quelques informations basiques sur la carte Suica

  • Elle est préchargée lorsque vous l’obtenez
  • Il est possible d’y ajouter du crédit supplémentaire en gare
  • Une seule carte suffit
  • Elle n’est pas nominative
  • La carte peut s’acheter avant son voyage
  • Elle fonctionne à travers un tissu ou du cuir

L’histoire de cette carte

Tout d’abord, il est intéressant de comprendre la dénomination même de ce petit bijou. En France, on parle de carte Suica, qui nous vient de Suika (スイカ). Il s’agit de l’abréviation de Super Urban Intelligent Card. On comprend vite il s’agit d’une carte à puce sans contact, qui nous servira de moyen de payement, mais aussi de titres de transport. Ce porte-monnaie électronique a pris de l’ampleur au cours des dernières années, et notamment depuis l’année 2020 avec la pandémie de coronavirus. Les obligations sanitaires ont favorisé tout ce qui est payement sans contact.

Elle repose sur la technologie « FeliCa IC card » par Sony. Même si certains la comparent avec notre Pass Navigo, il n’en est rien. La carte Suica est nationale et utilisée par 69,4 millions de Japonais en 2018. On compte également 476 300 points de vente, et 6,6 millions d’opérations quotidiennes.

La carte Suica est utilisée par la compagnie ferroviaire japonaise JR East depuis 2001. Elle sert notamment dans la région de Tokyo, mais aussi dans le reste du Kanto. De plus en plus de villes sont concernées, comme Sendai ou Niigata. Depuis quelques années, le réseau JR West en profite aussi. Pour résumer, à Tokyo, presque tous les services ferroviaires sont compatibles avec cette carte. Les quelques rares exceptions sont le Shinkansen (le « TGV japonais ») et quelques trains express.

Comment ça fonctionne, exactement ?

Avant tout, revenons sur le système ferroviaire du Japon. Que ce soit en métro ou en train, votre ticket individuel sera presque systématiquement calculé en fonction de sa distance. Pour un étranger, c’est généralement la galère. Pourquoi ? Car il faut impérativement regarder les plans japonais, très complexes, et que la documentation en français ou en anglais n’est pas toujours aussi claire qu’on l’aurait souhaité. Il faut également noter que de nombreuses compagnies se partagent des réseaux ferroviaires au Japon. Bref, afin de ne pas perdre un temps monstre pour prévoir, calculer et acheter de quoi voyager, la carte Suica est une superbe option de remplacement.

Son fonctionnement est très simple : lorsque vous entrez dans une station au départ, vous devrez passer votre carte une première fois devant un lecteur compatible. Cela prend moins d’une seconde. Quand vous êtes arrivé, vous devrez la passer une seconde fois, dans la station souhaitée. Cela permet de calculer le montant exact du trajet, et de débiter la somme due depuis votre carte. Comme en France métropolitaine, le solde restant sur votre compte sera automatiquement affiché et cela permettra de mieux vous aiguiller pour la suite de votre voyage.

Fonctionnement de la carte Suica

Maintenant, il faut avoir quelques précisions à l’esprit sur la nature de cette carte. Ce n’est pas dans une solution de remplacement intégral au JR Pass. Voyez-la plutôt comme un complément qui servira à vous faciliter la vie dans de nombreux cas de figure, et notamment à Tokyo.

De même, il n’est pas possible de recharger la Suica avec votre carte bancaire. Vous le savez probablement, mais au Japon, l’espèce est une valeur sûre et fortement appréciée. Pour recharger votre carte Suica, il faudra impérativement passer par un guichet qui n’acceptera que des pièces ou des billets. Au maximum, elle peut contenir 20 000 ¥, ce qui correspond à environ 150 €.

Si vous n’avez plus assez d’argent sur votre carte pour payer, une fois arrivée dans votre station, alors vous serez obligé de vous rendre à une borne de proximité pour vous mettre en règle. Enfin, si vous égarez votre carte, il ne sera pas possible d’obtenir un remboursement du solde qui restait dessus. Au Japon, les règles sont claires et ne sont malheureusement pas toujours à l’avantage du consommateur.

Comment faire si ma carte Suica ne fonctionne plus ?

Comme n’importe quelle autre carte magnétique, la Suica peut se démagnétiser ou souffrir d’un bug technique. Heureusement, ce sont des problèmes assez rares, et qui sont pris en charge dans n’importe quelle station partenaire. Pour vous dépanner, rendez-vous dans un guichet, et engagez la conversation. Si votre interlocuteur parle anglais, ce sera évidemment plus facile.

La carte Suica comme porte-monnaie électronique

En plus d’être un moyen d’effectuer ces transports de manière simple et sans prise de tête, cette carte est un porte-monnaie électronique bien pratique. Depuis l’annonce des JO en 2020, qui ont été reportés à l’été 2021, le gouvernement nippon a fait de gros efforts pour la démocratiser. Elle permet notamment de faire son check-in à l’hôtel ou de réaliser ses achats dans de nombreuses enseignes partenaires.

La grande majorité des konbini sont notamment compatibles. Pour utiliser le système de carte passeport, munissez-vous de votre carte Suica ainsi que de votre téléphone portable. Vous aurez besoin d’enregistrer la totalité de vos informations dans la carte. Ensuite, lorsque vous achèterez des tickets bus depuis l’aéroport, votre hôtel (ou logement, de manière générale) sera automatiquement averti et prendra acte de votre heure d’arrivée. La Suica se veut de plus en plus « intelligente » et permet notamment d’avertir des restaurants en cas d’allergie alimentaire.

Depuis le 22 juillet 2014, la console de Nintendo Wii U permet de payer des jeux vidéo sur son eShop avec la puce NFC et sa carte Suica.

Comment acheter la carte Suica ? Et quels sont les prix ?

Si vous êtes au Japon, vous pouvez acheter la carte à n’importe quel guichet compatible ou dans les distributeurs automatiques d’égard. Elle vous coûtera par défaut 2000 ¥ (environ 15 €). Cela dit, 500 ¥ vous seront débités pour la caution. Ainsi, vous n’avez en réalité qu’un solde de départ de 1500 ¥.

Pour recharger votre carte, il faudra se rendre dans une gare, et trouver une borne qui porte le logo Suica. Il y en a de plus en plus au Japon. La carte se périme au bout de 10 ans sans utilisation. Il est donc tout à fait possible de la conserver d’un voyage à l’autre, sans avoir à la repayer, et en conservant les quelques centaines de yens qui sont encore dessus.

En plus d’être très pratique, la carte permet d’économiser un peu d’argent sur chacun de vos voyages à Tokyo. Dans la capitale, vous profitez de 5 % de réduction sur vos trajets. Ce n’est certes pas renversant, mais à la longue, cela peut représenter plusieurs dizaines d’euros qui pourront être investis dans la visite de certains monuments !

Pour acheter la carte Suica, vous pouvez également le faire depuis la France sur le site Keikaku. La procédure est expliquée et la note moyenne est de 4,93/5. Elle est vendue 24 €, avec 1500 ¥ à utiliser une fois au Japon.

Les autres cartes magnétiques du Japon

Avec plus de 42 millions d’utilisateurs, la carte Suica est la plus populaire au pays du soleil levant. Cela dit, il existe de nombreuses autres cartes, qui peuvent être aussi intéressantes selon l’endroit que vous visitez. Depuis le 23 mars 2013, il est possible de les utiliser dans n’importe quel coin du Japon, à l’exception de Hiroshima. Voici une liste non exhaustive :

  • La carte Pasmo, à Tokyo : elle compte 22 millions d’utilisateurs, et reprend le système d’abonnement mensuel du Tokyo Metro. Elle est extrêmement similaire avec la carte Suica, mais ne profite pas d’autant d’avantages en dehors de la capitale.
  • La carte Icoca : avec 7,7 millions d’utilisateurs, elle est destinée à la région du Kansai et donc des villes comme Kyoto, Osaka, Nara et ainsi de suite. Il est important de préciser que depuis 2014, la carte Suica fonctionne enfin dans les bus de la ville !
  • La carte Manaca : avec 2,8 millions d’utilisateurs, elle se destine à Nagoya et plus généralement la région du Tokai (centre du Japon).
  • La carte Okica pour Okinawa : relativement intéressante, cela dépendra surtout de votre utilisation. En fait, il n’y a que le monorail de l’aéroport qui est compatible avec cette dernière depuis le printemps 2020. Il n’est donc pas forcément indispensable de souscrire à cette carte !
  • La carte Kitaca : de la même manière, celle-ci est destinée à la région de Hokkaido.

Les différentes cartes japonaises de transport

Enfin, il y a une différence entre la carte Suica classique et la carte Suica spéciale touriste. Nous vous recommandons toutefois de prendre la version classique, car elle est utilisable plus de 28 jours (et donc de la réutiliser pour un prochain voyage sous 10 ans, ou de la prêter à une connaissance). Attention également, puisque la spéciale touriste ne permet aucun remboursement, ainsi veillez à ne pas mettre trop de sous dessus.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

DERNIERS ARTICLES

0
Pourquoi ne pas laisser un petit commentaire ? :)x
()
x

Hey, tu partages ? :)

Nous sommes un petit site, alors n'hésites pas à nous aider en partageant cet article autour de toi. Cela nous aide beaucoup.