Nous rejoindre

ARTICLE

Au Japon, les communautés religieuses adoptent de nouveaux styles de culte face au coronavirus

Pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus entre les fidèles, les églises et les mosquées adoptent de nouvelles mesures pour la tenue de cérémonies religieuses hebdomadaires.

La plupart des institutions religieuses ont dû fermer leurs portes, tandis que d’autres organisent des services uniquement pour de petits groupes. Pour sa part, l’archevêché catholique de Tokyo suspend les messes publiques du dimanche pour le reste du mois de mars. Il a opté pour la retransmission en direct, pour continuer la diffusion de ses préceptes. « C’est une mesure inhabituelle, mais nous avons pris la décision de prévenir la propagation du coronavirus »

Les paroissiens étant souvent des personnes âgées, ils sont considérés comme les plus vulnérables au coronavirus. De leur côté, les organisations religieuses musulmanes adoptent des précautions similaires afin d’éviter les grands rassemblements de fidèles. L’Association des musulmans du Japon a annoncé que toutes les prières publiques du vendredi, tenues dans une mosquée du quartier Shinagawa de Tokyo seront annulées. Aucune décision n’a été prise quant à la date de leur reprise.

Vendredi dernier, à la mosquée Otsuka, située dans le quartier Toshima de la capitale, la prière s’est maintenue mais en petits comités composés de participants munis de masques. Alors que 300 personnes viennent habituellement à la prière du vendredi, la mosquée a choisi de multiplier les services pour diminuer le nombre de personnes rassemblées en une seule fois. Les prières ont eu lieu vendredi dernier avec des groupes d’environ 50 personnes.

Avant les cérémonies, les fidèles se saluaient en se tapant les coudes plutôt que de se prendre dans les bras ou se serrer la main.

En savoir plus :   REPRISE DE LA PÊCHE A LA BALEINE AU JAPON : sous couvert d’expédition scientifique…